Sécurisation des frontières : Satellites et drones à la hauteur

dimanche 20 novembre 2016 à 22:51
Source de l'article : Elmoudjahid.com

S’il existe un champ de compétences où l’action des éléments de l’Armée nationale populaire, opérant en parfaite coordination avec les autres corps constitués que sont les Douanes, la Gendarmerie  nationale et la DGSN, est des plus déterminantes, c’est bel et bien la sécurisation de nos frontières, jusque-là sauvegardées de manière hermétique face à un environnement régional le moins que l’on puisse dire hostile.

C’est d’ailleurs en tenant compte de cette réalité, avec, en relief, les troubles auxquels sont confrontés des pays comme le Mali et la Libye, sans oublier les fléaux de contrebande et de narcotrafic sévissant sur la bande frontalière séparant l’Algérie du Maroc, qu’il a été procédé à un important raffermissement des moyens de surveillance et de contrôle de nos frontières.

En ce sens, et outre et le renforcement des patrouilles et la consolidation  des brigades mixtes chargées de la mission de sécurisation de frontières, c’est aussi un lourd  mécanisme électronique et ultramoderne qui sera mis en place progressivement pour cette même finalité. Il est d’abord question de l’augmentation du nombre des caméras à infrarouge dont disposent les services de sécurité en postes au niveau des frontières. Ensuite, la décision a été  prise de recourir également aux radars mobiles et autres moyens de surveillance aérienne, notamment des drones. Le recours au contrôle par satellites est aussi inclus dans cette nouvelle stratégie d’optimisation de l’action de surveillance, notamment de la  bande frontalière du sud-ouest s’étalant sur une distance dépassant les 3.000 km. La nouvelle stratégie en question a été dévoilée, tout récemment à Béchar, lors d’une rencontre de concertation et d’échange d’informations entre les différents services de sécurité.
Au cours de cette importante rencontre, placée sous le thème «Sécurisation et surveillance des frontières nationales», une rencontre ayant regroupé des responsables du ministère de la  Justice, de l’institution des Douanes, de la gendarmerie, de la DGSN et de l’ANP, les participants se sont entendus, à l’unisson, sur la nécessité d’une meilleure planification et d’une coordination une plus étroite des efforts dans l’action de lutte contre les différentes formes de crime organisé, de contrebande et de trafic de drogue, mais aussi contre toute tentative d’incursion terroriste où des armes acheminées d’ailleurs sont destinées à un usage criminel en Algérie.

Telle que préconisée par les différents participants, l’action de coordination «doit  concerner l’ensemble de mécanismes de prévention et de lutte contre les formes de criminalité  sévissant à travers nos frontières maritimes, terrestres et aériennes», ont précisé les intervenants à cette rencontre.
Ils s’accordent aussi sur le constat selon lequel «les frontières nationales, notamment terrestres du sud-ouest, sont en proie aux activités des narco-terroristes qui s’adonnent à des multiples activités illégales portant atteinte  à la sécurité du pays et à notre économie».

La connexion entre les réseaux de crime organisés et les groupuscules terroristes a également été évoquée et profondément examinée au cours de ladite rencontre, dans l’objectif évident d’une meilleure adaptation du dispositif de lutte. «Les  narcotrafiquants et les contrebandiers activent en commun avec les terroristes des différents groupes criminels des pays voisins, d’où la nécessité d’une vigilance constante et d’un renforcement de la coordination dans les domaines liés  au renseignements, à la prévention et à la lutte sur le terrain», a-t-il été préconisé.

Ce qui a été également mis en exergue lors de cette rencontre, ce sont les «efforts accomplis à ce jour par les  brigades mixtes de l’ANP, des Gardes-frontières, de la Gendarmerie nationale et des Douanes ainsi que l’apport considérable des différentes unités  spécialisés de la DGSN, et qui ont permis la réalisation d’un résultats probant sur le terrain». À titre illustratif, «de janvier à la fin octobre 2016, et grâce à la vigilance des corps constitués chargés de la lutte contre la criminalité à la bande frontalière de Béchar, il a été procédé à la saisie d’une quantité dépassant les 12 tonnes de kif traité au cours de 22 affaires de trafic de drogue impliquant quelque 168 individus.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
31 queries in 0,479 seconds.