APRÈS LES RÉCENTES SORTIES DE GLD ET D’EX-MILITAIRES Les mises au point du ministère de la Défense

jeudi 20 octobre 2016 à 18:47
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Les toutes dernières (re)montées au créneau d’éléments ayant appartenu aux Groupes de légitime défense (GLD) et aux Patriotes, ainsi que d’anciens militaires, ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Le ministère de la Défense a, en effet, répliqué par le biais d’un communiqué officiel, mardi en fin de journée.


Et le moins que l’on puisse dire, c’est que cette réponse n’est pas faite pour plaire aux protestataires qui, rappelons-le, se sont mis depuis plusieurs mois à réclamer que soit reconnu leur statut d’ayant droit aux avantages sociaux, retraite et autres avantages attachés à leur qualité d’auxiliaires des forces combinées des services de sécurité ayant participé à la lutte anti-terroriste.

Dans son communiqué, le MDN dit vouloir surtout apporter des éclaircissements aux citoyens appartenant aux Groupes de légitime défense (GLD) et aux militaires rayés des rangs de l’Armée par mesures disciplinaires.

Ainsi, pour les GLD, le MDN affirme que depuis la réunion de travail tenue le 1er juin dernier avec des représentants des citoyens volontaires (Patriotes) ayant participé aux opérations de lutte contre le terrorisme, au côté des éléments de l’Armée nationale populaire, les services sociaux du ministère de la Défense nationale, de concert avec ceux du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, s’attellent à l’étude et la régularisation, au cas par cas, des dossiers relatifs à leurs pensions de retraite proportionnelle exceptionnelle, par le biais de la Caisse nationale de retraite.

L’opération demeure toujours en cours jusqu’à la régularisation de tous les dossiers concernés, assure le ministère de la Défense. Quant aux citoyens appartenant aux Groupes de légitime défense (GLD), mais ne font pas partie de la catégorie des citoyens volontaires (Patriotes), pour l’ANP : «Les textes réglementaires régissant l’activité de cette catégorie de citoyens, qui ont été armés dans le but d’assurer la défense de leurs familles et leurs biens, ne leur permettent pas de prétendre au bénéfice d’aucune forme d’indemnisation ou de pension.»

Pour les militaires ayant fait l’objet de mesures disciplinaires puis rayés des rangs de l’armée, le MDN le dit on ne peut plus clairement : «Ils n’ouvrent pas droit au bénéfice d’une pension, conformément aux dispositions du code des pensions militaires».

Pas sûr, bien entendu, que cette mise au point calme les ardeurs des protestataires. Quoi qu’il en soit, le MDN se dit demeurer «attentif, à travers ses services compétents, aux doléances des citoyens ayant servi dans les rangs de l’Armée nationale populaire et ceux volontaires (Patriotes) ayant participé aux opérations de lutte contre le terrorisme, et continuera à œuvrer jusqu’à la régularisation de tous les dossiers».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
11 queries in 0,407 seconds.