Remaniement ministériel en vue ? Le FLN réunit demain son BP pour arrêter sa liste de ministrables

dimanche 13 novembre 2016 à 10:24
Source de l'article : Jeune-independant.net

Certains ministres vont devoir quitter leur poste. Des nouvelles têtes sont annoncées. Il y a comme un vent de panique qui souffle sur les ministères. Des ministres de premier plan seront exemptés de remaniement. Et toujours de sources sûres, on dit que le nouveau gouvernement sera celui de la rupture….

Certains ministres se retrouvent ainsi dans le collimateur car jugés effacés, insuffisamment doués, non recyclables, accusés d’avoir osé remettre en question des décisions économiques ou politiques ou ne constituent plus un poids politique autre que celui que leur confère leur appartenance à un parti…

On parle donc avec insistance d’un prochain remaniement qui serait acté dès le retour du président Bouteflika de Grenoble, où il effectue des contrôles médicaux.

La répartition partisane ne bouge guère en apparence. Les deux partis, le FLN et le RND, continueront à fournir le gros du bataillon. Au niveau du FLN, le parti qui participe au gouvernement avec une majorité de portefeuilles ministériels, une réunion du BP est prévue demain pour arrêter la liste des « ministrables » et bien entendu ceux qui vont devoir partir.
Dans les rangs de ce parti, les cadres jouent des coudes et les listes de noms de ministrables circulent déjà.

Le nouveau SG, Ould Abbès aura fort à faire pour imposer sa marque et instituer une discipline au sein de son parti. Pourquoi changer d’équipe maintenant et pour quels objectifs ? Un remaniement est un moment grave en politique : cela signifie que le président Bouteflika et le Premier ministre Abdelmalek Sellal ne sont pas satisfaits du travail de certains ministres.

Il rappelle aux titulaires de portefeuilles que dans ce domaine, personne n’est protégé par une heureuse immunité qui le dispenserait d’un limogeage possible. En effet, si le mandat de quelques ministres du gouvernement Sellal ayant été reconduits n’a pas été exempt de critiques car pour le moins « pas très convaincant », par contre, d’autres ont su jouer de leurs « amitiés » pour se maintenir.

Hier, le Premier ministre a révélé l’existence de « résistances » à la mise en œuvre du programme du président Bouteflika : « Notre action pour la mise en œuvre du programme du président de la République et la réalisation du renouveau national sociétal, social et économique peut déranger des habitudes, bousculer des vieux réflexes et contrarier des intérêts », a affirmé le Premier ministre dans son allocution devant les walis réunis à Club des pins. En ce sens, la nouvelle feuille de route de Sellal sur le plan économique doit être cette bataille qu’il faut à gagner d’ici à 2019.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
30 queries in 0,447 seconds.