Nouria Benghabrit et son projet de réformes : «Les résistances sont de plus en plus isolées»

mardi 20 juin 2017 à 13:50
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Si elle n’a jamais fait mystère des résistances que son action subit de la part du courant islamo-conservateur, la ministre de l’Education nationale se réjouit que cela se manifeste de manière «isolée», se félicitant même qu’une «certaine décantation» se soit opérée.

Mohamed Kebci – Alger (Le Soir) – Pour Nouria Benghabrit qui s’exprimait, hier dans le cadre du forum du quotidien
El Moudjahid, «la rigueur et la transparence imprimées au secteur, comme dans le processus de recrutement ne doivent certainement pas agréer à tout le monde», car il est des gens qui aiment agir dans le «brouillard et la pagaille».

Et à la ministre de traiter de la nature idéologique de ces résistances, évoquant les réformes pédagogiques opérées ces derniers temps en matière de réhabilitation du patrimoine historique désormais présent de façon conséquente dans les manuels scolaires, d’ancrage dans notre algérianité et d’ouverture sur le monde à travers l’apprentissage des langues étrangères. «Ces fondamentaux, ça peut déplaire à certains» qu’elle invite à se défaire de «leurs discours populistes et démagogiques, plus payants», se félicitant, néanmoins, qu’une certaine décantation s’opère sur la base de pratiques et pas sur des discours. Benghabrit, qui relèvera, au passage, une adhésion «populaire» à son action de réformes, dira «agir conformément à la loi portant orientation scolaire et la commission portant réformes du secteur de l’éducation nationale».

Dernier acte de ces résistances, les tentatives de nuire à la crédibilité des examens de fin d’année, notamment le bac, à travers les opérations de divulgation de sujets via le net quelques instants seulement après l’entame des épreuves du bac. A ce sujet, Benghabrit affirmera détenir des preuves palpables quant à l’implication de mains étrangères, non sans mettre le doigt sur ce qu’elle qualifie de «mal intérieur», allusion à ces «fonctionnaires et autres enseignants» parmi les facebookers, au nombre de 69, qui ont tenté de perturber le déroulement des examens, créant un malaise incommensurable chez les candidats, leurs parents et la société plus généralement.

La ministre de l’Education nationale imputera la lenteur dans la mise en œuvre de ces réformes notamment à l’instabilité et à l’agitation chroniques qu’a connues le secteur. Ce à quoi elle soutiendra s’être attelée à sa prise de fonction en agissant de prime abord à l’instauration d’un climat de confiance qui a tant fait défaut.
Pour Benghabrit, «le chemin des réformes est certes difficile mais il est en train de porter ses fruits. Nous n’accomplissions pas n’importe quoi car il est plus facile de faire de la démagogie», affirmant que la «fermeté et la rigueur» sont, entre autres, des mots d’ordre qui guident son action.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
44 queries in 2,679 seconds.