Les dépouilles des nécessiteux rapatriées par l’état.

jeudi 20 octobre 2016 à 10:58
Source de l'article : Jeune-independant.net

Le Parlement vient d’adopter, cette semaine, un texte de loi portant sur la gratuité des rapatriement des dépouilles de l’étranger vers l’Algérie pour les cas nécessiteux, à partir de 2017.


Suite à une proposition du député Nordine Belmeddah, représentant de la communauté algérienne à l’étranger, un nouveau texte a été adopté par le Parlement, ce qui va permettre aux Algériens nécessiteux résidant à l’étranger de rapatrier les corps de leurs proches gratuitement.


La gratuité de rapatriement des dépouilles, une promesse électorale du Président Abdelaziz Bouteflika envers la communauté établie à l’étranger, sera mise en place pour les nécessiteux.
Plusieurs députés avaient, depuis plusieurs années, tenté de faire passer une loi qui pourrait alléger les frais de rapatriement ou d’appliquer la gratuité comme cela est le cas pour nos voisins tunisiens.


L’Etat avait déjà fait un pas l’an dernier en mettant un terme à la tarification au poids des dépouilles par Air Algérie. Beaucoup d’Algériens nécessiteux vivant à l’étranger se sont vus dans l’impossibilité de payer la totalité des frais de rapatriement qui atteignaient parfois les 4 000 euros, voire plus, contraignant les familles d’avoir recours à l’aide de tiers ou d’associations qui se sont constituées afin de faire face à ce très coûteux déplacement qui passe également par une fatigante procédure bureaucratique et administrative.


Air Algérie avait procédé à l’annulation de la tarification par poids des dépouilles mortelles, une procédure contraignante et coûteuse. La compagnie avait mis en place un barème fixe selon la destination initiale, mais cette mesure concernait seulement la France, qui représente à elle seule 95% du volume global des rapatriements.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
15 queries in 0,400 seconds.