L’Algérie refuse la normalisation avec Israël

mardi 11 avril 2017 à 14:37
Source de l'article : Echoroukonline.com

L’Algérie est toujours considérée comme un ennemi farouche de l’Etat sioniste, dont le premier ministre, Benjamin Netanyahou a déclaré que les pays arabes ne regardent pas l’Etat hébreux comme un Etat ennemi.

Un rapport réalisé par la deuxième chaîne de télévision israélienne a montré dans une carte les pays arabes qui ont normalisé leurs relations avec l’Etat hébreux publiquement ou discrètement et ceux qui refusent catégoriquement toute normalisation.

Le rapport de la chaîne israélienne dévoile les pays arabes qui soi-disant donnent l’impression d’être hostiles à l’égard d’Israël, mais nouent en réalité des relations diplomatiques et d’intérêt discrètement avec ce dernier.

Par ailleurs, elle affirme qu’il n’existe aucun contact entre l’Algérie et l’Etat sioniste.

Le rapport montre que seize (16) Etats n’ont pas de relations et ne reconnaissent pas Israël, dont l’Algérie en tête, l’Afghanistan, le Pakistan, la Malaisie, l’Irak, l’Arabie saoudite, le Yémen, la Somalie, le Soudan et la Libye.

A noter que certaines informations avaient fait part des craintes d’Israël quant à la montée en puissance de l’Armée algérienne.

«Israël suit avec intérêt le développement et la force de l’arsenal militaire algérien qui pourrait à lui seul créer une coalition militaire», rapportent des médias hébreux.

Selon la même source, outre les pays arabes, trois (3) autres Etats non arabes n’ont pas établi de relations diplomatiques avec l’Etat hébreux, en l’occurrence le royaume de « Bhoutan », situé entre la Chine et l’Inde, la République de Bengladesh et la Corée du Nord.

Notons que sur 193 Etats membres de l’Organisation des Nations Unies (ONU), 32 ne reconnaissent pas l’Etat sioniste.

La chaîne israélienne a ainsi divulgué des pays arabes ayant tissé discrètement des relations d’intérêt avec l’Etat sioniste tout en feignant de ne pas avoir des liens diplomatiques avec ce dernier, à savoir le Maroc, la Tunisie, le Qatar, le Sultanat d’Oman et les Emirats arabes unis (EAU), tandis que deux autres pays entretiennent publiquement des relations diplomatiques avec Tel Aviv, en l’occurrence l’Égypte la Jordanie.

Rappelons que Netanyahou avait affirmé en compagnie du président américain, Donald Trump: « Pour la première fois depuis la création d’Israël, les pays arabes ne considèrent pas Israël comme ennemi mais comme un allié».

La même source a cité d’autres pays qui étaient amis d’Israël avant de devenir des ennemis redoutables, dont l’Iran qui a l’a reconnu en 1950, soit deux ans après sa création, avant de devenir son ennemi redoutable au lendemain de la Révolution de Khomeyni en 1979.

Elle évoque également l’établissement de relations avec nombre de pays dans les années 1990, dont le Niger, le Mali et Les Comores rompues ensuite, tout comme le Venezuela, sous Hugo Chavez, qui a  rompu ses relations diplomatiques avec Israël après l’agression contre la bande de Gaza en 2009.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
74 queries in 4,534 seconds.