Amar Ghoul préconise de diversifier les sources de financement de la CNR: «Il faut traiter le dossier dans sa globalité»

mercredi 19 octobre 2016 à 14:17
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Le dossier de la réforme des retraites qui agite la scène nationale ces jours-ci ne laisse pas la classe politique indifférente. Notamment lorsqu’une quinzaine de syndicats des secteurs de l’éducation et de la santé ont débrayé pendant deux jours pour s’y opposer. «Ce dossier de réforme des retraites est important mais il est, en même temps, complexe. Il faut qu’il soit traité dans sa globalité», estimera le président du parti TAJ, Amar Ghoul.
Kamel Amarni – Alger (Le Soir) – C’était à l’occasion de son intervention en marge de la réunion hebdomadaire du bureau national du parti, hier mardi, à Alger. «Le projet de la réforme des retraites est au niveau du Parlement et, déjà, une quinzaine de syndicats se sont mobilisés alors qu’il n’est pas encore débattu par les parlementaires. L’on ne peut préjuger de ce que décidera le Parlement», notera Amar Ghoul qui mettra en garde contre l’utilisation de cet «important dossier» à des fins politiciennes, «surtout que nous sommes à la veille d’importantes échéances électorales», prévient-il.

Pour l’ancien ministre du Tourisme, des Transports et des Travaux publics, il y a urgence à ouvrir des canaux de dialogue nécessaires. «A TAJ, nous lançons un appel au président de l’Assemblée, à la commission parlementaire à charge, pour qu’ils ouvrent des canaux de dialogue avec tous les concernés par ce dossier, à savoir les syndicats et les experts, pour éviter tout ce qui pourrait envenimer le climat alors que nous nous apprêtons à entamer une période très sensible, au plan social et politique.» La décision du gouvernement Sellal de réformer le système des retraites a suscité, en effet, de fortes résistances d’un peu partout. «Dans tous les pays du monde, cette affaire des réformes des retraites est sensible et complexe. Car, il ne faut pas considérer cette réforme sous l’angle de la seule retraite proportionnelle mais dans sa globalité. En même temps, il faut impérativement tenir compte des difficultés réelles sur le plan économique, pour l’économie nationale mais aussi mondiale durant l’année 2017 et celle de 2019.

Comme l’a ordonné le président de la République, il faut dire la vérité aux citoyens.» Pour que la réforme en question, douloureuse mais inévitable, puisse réussir, Ghoul préconise de revoir «y compris le mode d’alimentation de la Caisse nationale des retraites en diversifiant les sources de financement. L’on ne peut continuer avec le même mode de fonctionnement du temps où la CNR était entièrement alimentée par la rente pétrolière». Entre autres solutions, «il y a lieu de canaliser toute l’activité économique parallèle, par exemple», nous expliquera le président de TAJ, en marge des travaux de son bureau national. Une réunion qui devait se pencher sur les préparatifs des prochaines élections législatives et locales. «Nous nous préparons sérieusement à ces échéances que nous considérons extrêmement importantes. Nous en sommes à un stade avancé et, rien que cette semaine, nous avons effectué des visites dans pas moins d’une dizaine de wilayas et nous poursuivrons sur ce rythme durant toutes les semaines à venir», annoncera encore le président de TAJ qui révélera une avalanche de demandes, émanant de l’extérieur du parti, «pour figurer sur nos listes électorales et qui émanent y compris de la part d’anciens ministres», ajoutera-t- il. Au plan international, mais intimement lié à l’Algérie, Ghoul dénoncera «la dernière campagne de la presse marocaine contre notre pays autour de cette fausse et mensongère affaire de prétendu militaires algériens surpris sur le territoire marocain».

De même que les dernières déclarations provocatrices de l’ex- Président français, Nicolas Sarkozy : «Il dit être prêt à revoir les accords d’Evian s’il est élu président ! Emanant d’un si haut responsable, de tels propos irresponsables sont d’une extrême gravité et l’on ne doit pas nous taire, à ce sujet, en tant qu’Etat algérien.» Amar Ghoul demandera enfin à la communauté internationale de «qualifier les massacres du 11 Décembre 1961, perpétrés par la police coloniale contre des milliers d’Algériens, de crimes de guerre. De crimes contre l’humanité».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
34 queries in 0,443 seconds.