Alliance électorale des islamistes: L’initiative de Menasra échoue

mardi 29 novembre 2016 à 15:42
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

L’initiative de listes communes des partis islamistes lancée par le Front du changement semble ne pas aboutir au vu du refus des partis sollicités dans ce sens. Le parti ouvre, ainsi, sa proposition à d’autres courants politiques.

Rym Nasri – Alger (Le Soir) – Le Front du changement a entériné le mot d’ordre de participation aux prochaines élections législatives. Lors de sa dernière session tenue samedi dernier, son conseil consultatif national a également exprimé sa disposition à «nouer des alliances qui sauvegardent l’intérêt national et vont avec les objectifs du front».

Le parti a, pour rappel, proposé dernièrement, au MSP (Mouvement de la société pour la paix) et au Mouvement El-Binaa, l’idée d’une alliance nationale avec un projet politique. «Ces deux partis s’inspirent de la même école que nous, celle du cheikh Nahnah», souligne son président, Abdelmadjid Menasra.

Une initiative qui a essuyé un rejet de la part du parti de Mustapha Belmehdi et celui à demi-teinte de Abderrezak Mokri. «Le mouvement El-Binaa, a rejeté notre proposition sans présenter aucun argument, alors que le conseil consultatif du MSP a exprimé son adhésion et donné le feu vert aux structures de base de wilayas pour étudier l’opportunité d’alliances locales», précise-t-il. Des bureaux de wilaya dont la majorité restent réticents en raison d’une «évaluation négative» de la précédente expérience, celle de l’alliance de l’Algérie verte scellée entre le MSP, le Mouvement Ennahda et le Mouvement Islah, à l’occasion des élections législatives et locales de 2012.

Une alliance qui a vécu le temps d’une mandature. A cet effet, Abdelmadjid Menasra affirme qu’une rencontre est prévue entre la direction de son parti et celle du MSP afin, dit-il, d’«étudier ce dossier, les mécanismes nécessaires et comment le concrétiser à travers les wilayas».

A travers son initiative, le président du Front du changement aspirait à une «alliance nationale avec un projet politique qui projetait d’aller vers une fusion entre les trois partis». Aujourd’hui, son parti se contente de rester ouvert à toutes autres «alliances possibles» avec les partis nationaux et démocrates ayant une «proximité politique».
Ry. N.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
16 queries in 0,469 seconds.