Pas de parti politique pour Saïd Bouteflika

mercredi 24 juin 2009 à 0:11
Source de l'article :

Le patron du Mouvement de la société pour la paix (MSP), Bouguerra Soltani a réfuté l’existence d’un nouveau parti de Saïd Bouteflika.

Interrogé sur ce sujet, lors d’un point de presse qu’il a animé hier à l’issue de la réunion de l’Alliance présidentielle, M.Soltani a été catégorique.

«Il n’y a aucune origine pour un parti ni du frère du Président ni du Président lui-même», a-t-il clamé avec un air confiant. Loin de prêter l’oreille à tout ce qui se rapporte dans les milieux médiatiques, il affirme qu’il s’agit d’une polémique ni plus ni moins.

«C’est une propagande que veulent provoquer ceux qui veulent tirer profit du Président», a-t-il expliqué. Avant de couper définitivement le fil, le successeur de Cheikh Nahnah a bien précisé que la Constitution algérienne et les lois permettent la création de parti qui répond aux critères exigés.

Cependant, il réitère qu’il n’y a aucune trace sur ce nouveau parti ce qui suscite moult interrogations dans le milieu des médias.

La déclaration de M.Soltani vient s’ajouter à celle des deux partenaires de l’Alliance présidentielle. «Cette information existe plus dans les colonnes de la presse que dans la réalité», a déclaré le secrétaire général du RND, lors d’une conférence de presse tenue à l’issue de la réunion du conseil national.

Vingt-quatre heures après, le secrétaire général de l’instance exécutive du FLN, Abdelaziz Belkhadem, s’exprimant dans un point de presse, a affirmé qu’il n’avait pas été informé sur ce parti.

«Je ne suis pas au courant de ce nouveau parti», a-t-il résumé. Par ailleurs, les trois partenaires se sont mis d’accord sur la nécessité de promouvoir progressivement l’Alliance en «un véritable partenariat politique».

Dans un communiqué ayant couronné les travaux de leur réunion, ils ont souligné la nécessité pour l’Alliance de poursuivre ses actions au niveau gouvernemental et parlementaire et d’oeuvrer pour la mise en oeuvre du programme du président de la République.

Ils ont, à cette occasion, exprimé le souhait des partis d’«élargir la coordination nationale au niveau des assemblées locales dans le cadre de l’Alliance présidentielle».

Le patron du MSP a réussi finalement à concrétiser son souhait, à savoir la promotion de l’Alliance à un partenariat politique.

Interrogé sur la définition de ce partenariat et sa portée, le numéro1 du MSP affirme que dans ce partenariat tous les partis sont égaux dans leur chance à accéder aux postes de responsabilité.

Le MSP veut être sur un pied d’égalité avec ses partenaires du RND et du FLN. «Nous avons tous des élus et des représentants au gouvernement», a-t-il rappelé en précisant que la compétence doit être le seul critère de sélection et non les couleurs politiques.

M.Soltani reconnaît que la concrétisation de l’alliance au niveau des assemblées locales et de wilayas nécessite la culture de l’alliance.

A propos de son parti et le conflit avec le clan de Menasra, M.Soltani croit toujours en l’effort de la commission de conciliation.

«Nous voulons unir nos rangs et sauvegarder le patrimoine de feu Nahnah», a-t-il précisé en réitérant sa disponibilité à ouvrir un débat sur les questions du parti à condition que cela soit à l’intérieur de la maison MSP.

Sur son éventuel retour au gouvernement, M.Soltani n’exclut pas cette possibilité en préférant pour le moment s’occuper d’arranger les affaires du parti et de resserrer ses rangs.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
25 queries in 0,423 seconds.