Saisie de pompes servant à irriguer des cultures avec des eaux polluées à Batna

lundi 3 octobre 2016 à 20:21
Source de l'article : Lematindz.net

C’est en fin d’après-midi, sinon pendant la nuit, que des motopompes géantes sont installées pour siphonner les oueds, spécialement l’oued Gourzi, à Fesdis, Djerma, Boulhilet, et Zakar-Kouachia, pour irriguer illégalement et dangereusement avec une eau contaminée des milliers d’hectares de maraîchages, écoulés dans différents marchés de la wilaya et des villes limitrophes.

Cette pratique illicite se fait au grand jour, défiant la loi. De ce fait, durant la semaine, une importante opération de contrôle et d’inspection a été effectuée sur toute la région Nord, sous les instructions du colonel Seddak Abdelkader. Cette action a permis aux unités de la gendarmerie de procéder à la saisie de plusieurs pompes et motopompes géantes et des dizaines de mètres de tuyaux d’irrigation ainsi que la présentation de plusieurs personnes devant la justice.

Il est de notoriété publique que le grand oued séparant la route nationale qui mène à Constantine et les terres agricoles avoisinantes entre Batna et les agglomérations des communes de Fesdis, Djarma, Bouatchawen, Boulhilet, Kouachia, reçoit des eaux usées sans aucun traitement. Selon le colonel Seddak Abdelkader a indiqué au Matin d’Algérie. Pour autant, il a été remarqué qu’en fin d’après-midi, des pompes alimentent des terres agricoles et des champs à partir de ce oued. Il est manifeste qu’aucun des maraîchers qui pompent cette eau ne se soucie des risques sanitaires que cela peut engendrer sur la santé des consommateurs.

Poutant, ce n’est pas faute de les avoir alertés. En effet, plusieurs plaintes et avertissements ont déjà été formulés à leur endroit. Cependant ces individus continuent d’empoisonner les terres agricoles en pompant ces eaux non traitées. Il importe de signaler que cette zone est, hélas, connue pour cette pratiques à haut risque pour la population. Cette forme de pollution a des effets néfastes non seulement sur l’eau, le sol et la végétation mais aussi sur l’être humain.

En effet, « de nombreuses études scientifiques nationales et internationales confirment que plusieurs maladies, spécialement le cancer, les diarrhées, les malformations congénitales, la stérilité, les allergies et même certaines maladies du système nerveux, sont, en très grande partie, liées à la pollution de notre environnement, en particulier chimique, y compris la pollution de l’eau », a précisé le colonel, A ce propos, Seddak Abdelkader compte élargir cette opération de contrôle et vérification à travers toute la wilaya afin « de mettre fin à ce phénomène qui a assez duré », conclut-il.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
22 queries in 0,421 seconds.