Montée extraordinaire des températures: Panique chez les citoyens

mercredi 26 octobre 2016 à 8:25
Source de l'article : Lexpressiondz.com

Les températures en pareille période ne doivent pas dépasser les 20° Celsius.

Le ciel de plusieurs régions du pays à viré au gris ces dernières 72 heures. Des nuages assez denses et bas sont remarqués à longueur de journée. Ils ne sont pas chargés de pluie, mais plutôt de chaleur et d’humidité. A cause d’eux la respiration est devenue très difficile pour de nombreuses personnes, particulièrement les asthmatiques. Ladite vague de chaleur a suscité aussi les réflexes de l’été chez beaucoup de ménages. Après avoir rangé les climatiseurs, de nombreuses familles les ont réinstallés de nouveau. Dans les wilayas du Sud, c’est la pa-nique génerale. Déjà que la région est habituée aux pluies diluviennes qui interviennent en cette période. Avec ce ciel gris, le spectre de voir le pire arriver ne quitte pas leurs esprits.
Le phénomène est pour beaucoup anormal en cette période de l’année. L’heure normalement est à la douceur du temps.
Les températures ne devraint pas dépasser les 20° Celsius. Or, selon l’Office national de météorologie(ONM) les températures ont atteint les 38° dans certaines wilayas du pays. Dans le bulletin météorologique spécial (BMS) qu’il a émis lundi soir, on pouvait lire: «Il fera très chaud lundi sur le nord de l’Algérie.
Les températures seront particulièrement élevées, loin des moyennes saisonnières, dans les villes côtières. Un pic de 38 degrés est attendu à Annaba. À Alger, Boumerdès, Oran, El Tarf, Skikda 37°C. Dans le Sahara, il fera aussi moins chaud qu’au nord du pays, avec 32° prévus à Tamanrasset, 32° à Béchar, 31° à Tindouf et 32° à Béchar. Un pic de 38°C sera enregistré à Adrar.» Pour les personnes âgées, le phénomène est un signe de malédiction. Il prélude en fait le séisme. «C’est déjà arrivé. Ce climat est le même que celui qui a précédé le séisme d’El Asnam, actuel Chlef, (Ndlr) en 1980», a-t-on entendu hier quelques personnes âgées dans la rue Didouche-Mourad à Alger-Centre le rappeler. Cette idée selon les spécialistes en météorologie et en géosismique, n’est pas scientifique.
Les températures en pareille période, souligne-t-on, ne doivent pas dépasser les 20° Celsius. Pis encore, la fin du mois d’octobre dans l’état normal des choses devrait rimer avec les premières pluies d’automne. Lesquelles sont nécessaires pour le début de la saison des labours-semailles.
Les pluies de l’automne sont aussi vitales pour les agriculteurs spécialisés dans l’arboriculture. En fait, les pluies d’automne participent à la maturité de plusieurs fruits, tels que les oranges, les pommes, les poires. Indépendamment de la saison, les pluies sont toujours bénéfiques, s’accordent à dire les agriculteurs, pour la vie des gens. Ce sont elles qui adoucissent le climat. Ce sont elles aussi qui mettent fin aux pénuries d’eau. Dans les villes, elles contribuent au lavage des trottoirs.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
16 queries in 0,424 seconds.