Les premières pluies ont été meurtrières: Cinq morts et des dizaines de blessés

mercredi 9 novembre 2016 à 9:46
Source de l'article : Lexpressiondz.com

C’est devenu une rengaine. Chaque hiver emporte avec lui son lot de victimes.

L’hiver arrive et fauche son lot de victimes. Pas moins de cinq personnes ont trouvé la mort et des dizaines d’autres blessés en raison du mauvais temps qui a marqué la météo depuis ces dernières 48h. Ainsi, une personne a trouvé la mort et sept autres ont été blessées dans 10 accidents de la route survenus suite aux fortes pluies ayant marqué la capitale dans la nuit de lundi à mardi, a indiqué hier, le lieutenant Khaled Ben Khalafallah, chargé de la communication à la direction de la Protection civile de la wilaya d’Alger. A Oran, une personne est décédée des suites d’un accident de la route à Aïn Turck La victime répondant aux initiales de B.A (30 ans) est morte sur le coup. Le véhicule a dérapé à cause de la chaussée glissante suite aux fortes pluies enregistrées dans la nuit du lundi à mardi dans la wilaya d’Oran.

De même qu’à Mostaganem où deux personnes sont mortes dans un accident de la circulation, survenu hier à Hassiane. L’accident s’est produit au niveau de la RN 17 AB, suite à une collision entre un camion et un véhicule touristique, à son bord les deux victimes sont mortes sur place, signale-t-on. Les intempéries enregistrées la nuit de lundi à hier à Tlemcen ont causé un accident de la circulation faisant un mort (une femme) et deux blessés graves, a-t-on appris de la cellule de communication de la Protection civile. Il est très difficile, voire impossible, de prévoir le temps qu’il fera à un certain moment et à un endroit bien précis. Cependant, les spécialistes prévoient, en général, des précipitations record en décembre de chaque année. Elles atteignent en général 121 mm en moyenne à travers tout le pays.
Décembre n’étant pas encore là, «Monsieur hiver», pour les plus frileux, semble prendre place et s’installer dans notre quotidien en cette période automnale, nous «gratifiant» de pluies bienfaisantes assorties de quelques flocons de neige bienvenus et de degrés Celsius en moins, ceci, comparativement aux chaudes journées vécues durant les quelques semaines, voire les mois passés.
Par ailleurs, la baisse relative du mercure qu’ont connu le Centre et l’Est du pays ces derniers jours a été synonyme d’importantes précipitations comme rapporté ci-dessus, mais aussi témoin des toutes premières chutes de neige sur les hauteurs du Djurdjura et de Chréa.
En effet, la vague de froid qui sévit depuis dimanche sur les régions du Nord-Centre et de du Nord-Est du pays, a entraîné les premières chutes de neige sur les reliefs. Ainsi, dans les wilayas de la Kabylie (Béjaïa, Bouira et Tizi Ouzou) ou encore celles de Tissemsilt, Blida et Médéa, les montagnes commencent à se revêtir de leur manteau immaculé. La chute de ces premiers flocons en cette période de l’année est synonyme d’une belle saison hivernale qui s’annonce. Elle n’a suscité d’ailleurs que joie et plaisir au sein des populations de ces régions.
D’importantes chutes de pluie se sont abattues sur les régions du Nord du pays, notamment celle du Centre et de l’Est depuis lundi après-midi. Une alerte météo a été du reste lancée par l’Office national de la météorologie (ONM) pour les régions citées. A ce propos, il y a lieu de signaler que le Bulletin météo spécial (BMS) émis pour ces régions du Centre était toujours valide jusqu’à hier soir à 21 heures.
Des cumuls atteindront ou dépasseront les 40 mm au Centre et les 80 mm à l’Est, selon les prévisions de l’ONM. Ces conditions pluvieuses persisteront jusqu’à la fin de la semaine courante, affirme-t-on.
Les précipitations sont plus importantes dans la partie nord-est de l’Algérie, où elles atteignent jusqu’à 100 centimètres certaines années. Les vents dominants de l’est et du nord-est en été changent pour l’ouest et le nord en hiver avec un effet sur l’augmentation générale des précipitations, de septembre à décembre, quand on sait que la quantité de précipitations annuelles est de 686 mm en moyenne. Ces données météorologiques étant, les précipitations enregistrées ces deux derniers jours, ont tout de même surpris plus d’un, plutôt agréablement eu égard aux menaçantes journées d’absence de pluie en cet automne déjà bien entamé.
Malgré la rareté des précipitations durant plusieurs mois, les spécialistes ont toujours refusé de parler de sécheresse. D’autant plus que les pluies et les neiges avaient refait, bien que timidement, leur apparition en janvier dernier. Il est à signaler qu’une vague de froid d’envergure s’annonce pour la première fois dans cette période pré-hivernale de l’année après une météo avare en précipitations par rapport aux années précédentes. Selon les météorologues, l’hiver dernier a été le plus chaud connu depuis 40 ans. Le prochain le sera-t-il moins? Rien n’est moins sûr, au vu du changement climatique mondial qui poursuit sa tendance de réchauffement de la planète bleue.
La saison hivernale semble reprendre son cours normal après de longues semaines ensoleillées où le manque de pluviométrie a perduré avec comme bonus un temps printanier à souhait. Pluies et neiges seront donc au rendez-vous cette fois. Elles sont en effet prévues à partir des hauteurs de 300 mètres au minimum et concernent toutes les régions du Nord.
Avec le déficit hydrique constaté, s’élevant à 180 mm, nombreuses sont les cultures qui peuvent dépérir, ont prédit les spécialistes agronomes. Tant redoutée, cette situation négative se répercutera tant sur la quantité que sur la qualité de la production. Concernant la culture céréalière par exemple, de nombreux spécialistes, à l’instar de Brahim Mouhouche, professeur à l’Ecole nationale supérieure d’agronomie, avaient affirmé au vu de la situation «qu’il est possible d’entreprendre les semailles à la condition que les précipitations refassent leur apparition». A ce propos, il est à signaler que des campagnes de labours-semailles ont, d’ores et déjà, été organisées notamment dans les Hauts-Plateaux. Mouhouche affirme cependant que «le secteur oléicole sera certainement atteint par les effets de cette sécheresse menaçante qui affectera la production de l’année prochaine».
Le ministère des Ressources en eau avait indiqué pour sa part, avoir pris des dispositions en autorisations pour des lâchers d’eau à partir de certains barrages au bénéfice des agriculteurs céréaliers possédant des équipements d’aspersion.

Le tram perturbé par les pluies
Le trafic par tramway à Alger a été partiellement perturbé tôt la matinée d’hier en heure de pointe, a annoncé la société assurant ce moyen de transport urbain, la Setram.
Le tramway d’Alger a connu, hier depuis 8h30, une interruption partielle du trafic entre les stations «Mimouni Hammoud» et «Café Chergui» suite aux inondations provoquées par les fortes chutes de pluie, a précisé dans un communiqué «la Setram».
Des navettes assurées par des bus ont été assurées au profit des usagers du tramway au niveau de ces stations. Il a été précisé que les bus mobilisés ont assuré le transport de voyageurs sur ces stations affectées, alors que «le service a été maintenu entre les stations Ruisseau-Dergana-Centre».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
40 queries in 0,601 seconds.