Le directeur général des forêts accuse: « Des feux ont été provoqués pour le charbon! »

lundi 7 août 2017 à 10:20
Source de l'article : Lexpressiondz.com

Une «mafia a provoqué ces feux pour ramasser du bois qu’elle va vendre comme du charbon durant la fête de l’Aïd el Adha».
A peine installé dans ses nouvelles fonctions, le nouveau directeur général des forêts a dû faire face à l’une des plus grandes séries de feux de forêts de l’histoire du pays. Azzedine Sekrane a tenté d’éteindre la «flamme» des rumeurs en faisant le bilan de ce drame environnemental lors d’une conférence de presse organisée, hier, à son siège à Ben Aknoun. D’emblée, il a montré que la direction générale des forêts ne doit pas être la seule à assumer ses responsabilités. Dans ce sens, il a rappelé et à plusieurs reprises lors de son intervention que le rôle de sa structure était d’abord la prévention et la sensibilisation afin de protéger notre trésor forestier. Il ne s’est par la suite pas fait prier pour envoyer une série d’accusations.

D’abord, contre une «mafia qui a provoqué ces feux pour ramasser du bois qu’elle va vendre comme du charbon durant la fête de l’Aïd el Adha». Le directeur général des forêts va encore plus loin en affirmant que cette mafia n’était pas la seule à se faire de l’argent en brûlant les forêts du pays? De qui parle-t-il exactement? S’agit-il d’agriculteurs «véreux» qui ont «sacrifié» leurs récoltes pour être indemnisés? Surtout qu’il va dans le sens du ministre de l’Intérieur, Nour-Eddine Bedoui, en affirmant que l’indemnisation ne se fera qu’après une enquête stricte, dont les résultats ne devraient intervenir qu’à la fin du mois d’octobre prochain. Cela alors que le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, avait affirmé que cette indemnisation ne dépasserait pas une semaine.

Les autorités ont-elles découvert cette supercherie? Azzedine Sekrane refuse de donner plus de détails. Il se reprend même en minimisant les choses tout en soulignant qu’une grande partie des feux arrivait de façon involontaire, soit à cause des fortes températures ou bien par négligence de l’homme en jetant des ordures, des mégots de cigarette où tout simplement en «oubliant» de faire son travail de désherbage. D’ailleurs, il n’hésite pas à pointer du doigt la Sonelgaz qui, atteste-t-il, «n’a pas désherbé les alentours de ses installations électriques». «Cette mission est de sa responsabilité, pas de la nôtre. Si ce travail avait été fait, ses équipements n’auraient pas été atteints par le feu», a-t-il regretté.

Cependant, le directeur général des forêts n’a pas voulu dramatiser les choses en assurant qu’un plan d’action sera mis en application les prochains jours, dans le but de réaménager et de réhabiliter les espaces touchés par les feux. Il a fait savoir dans ce sillage, que ses services ont pu recenser les dégâts causés par les feux de forêts qui ont ravagé depuis le début du mois de juin des centaines d’hectares, des arbres fruitiers ou des champs de blé dans les régions du centre, de l’est et de l’ouest du pays, ajoutant que les foyers concernent 17 wilayas.
«Béjaïa est la wilaya la plus touchée avec 3699 ha de perdus, elle est suivie par sa grande soeur Tizi Ouzou avec 2087ha, puis Skikda avec 1675ha, Médéa avec 1607ha, El Taref avec 1000 ha, Sétif avec 726ha, Jijel avec 446 ha, Aïn Defla avec 441 ha, Sidi Bel Abbès avec 389 ha et enfin Saïda avec 262 ha de perdue», énumère-t-il.

Le directeur général des forêts révèle ainsi que 14.310 ha sont partis en fumé depuis le début de la saison estivale.
«6607 rien que durant la période allant du 27 juillet au 5 août», précise-t-il. Des chiffres qui donne froid dans le dos, mais qui montrent surtout l’ampleur de ce terrorisme environnemental…

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
104 queries in 5,629 seconds.