El-Ghazi promet une meilleure communication sur la retraite

dimanche 23 octobre 2016 à 19:15
Source de l'article : Liberte-algerie.com

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed El-Ghazi, répond aux syndicats autonomes qui ont présenté “des arguments fallacieux”, en clamant leur non-association au travail du gouvernement, notamment dans l’élaboration des projets de retraite et du code du travail.
S’exprimant lors d’une rencontre nationale des cadres de l’inspection du Travail qu’il a présidée, le ministre du Travail a, en relevant qu’un certain nombre de syndicats autonomes sont en train de soulever la non-participation de cette catégorie de syndicats aux travaux du gouvernement, jugé que “ce sont des arguments fallacieux, du moment que le contact existe et la communication est quasi permanente”.

Il poursuit : “Même le ministère du Travail que nous sommes vient des fois en renfort vers les secteurs considérés, notamment ceux de l’éducation et de la santé, pour les accompagner par des éclairages sur les dispositions du projet de loi.”

Abordant le projet de loi relative à la retraite actuellement entre les mains de l’APN, le ministre du Travail a indiqué que c’est par cette loi que “l’Algérie reprend sa souveraineté quant au retour à la normale, à la loi de 1983 qui disposait que le départ à la retraite se fait à partir de 60 ans et, exceptionnellement pour les femmes qui le souhaitent, à 55 ans, et éventuellement pour les métiers à haut risque et les métiers pénibles”.

Le ministre a fait état de la volonté de son département ministériel d’organiser la communication autour de cette loi, en annonçant qu’une commission sera installée pour expliquer la politique du gouvernement en matière de retraite.
Cette sortie du ministre du Travail fait suite à une grève de deux jours lancée par l’intersyndicale autonome, qui a été ponctuée par “une mise en garde contre la politique de fuite en avant” du gouvernement qu’elle accuse de “fermer les portes du dialogue et de la négociation autour des revendications soulevées”.
L’intersyndicale, qui réitère son “entière disposition à durcir son mouvement de protestation, en usant de tous les moyens et formes juridiques permises”, s’achemine vers deux autres jours de grève, les 24 et 25 octobre, à côté d’autres actions de protestation envisagées, dont une marche nationale, le 31 octobre à Tizi Ouzou, à laquelle a appelé la Fédération nationale de l’éducation Snapap affiliée à la Confédération générale autonome des travailleurs en Algérie.

Le Snapap a lancé un appel aux étudiants pour participer en masse aux prochaines protestations, notamment à cette marche nationale, arguant que l’annulation du système actuel de retraite menace le marché de l’emploi et l’avenir des futurs universitaires.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
17 queries in 0,455 seconds.