Après son annulation en raison d’irrégularités: Les hospitalo-universitaires en psychiatrie repassent aujourd’hui leur concours

mardi 4 octobre 2016 à 11:12
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Le concours d’accès aux grades de professeur et de maître de conférences classe A (MCA) sera refait aujourd’hui. Le concours qui s’est déroulé en juillet dernier a été annulé par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique suite à une enquête révélant des anomalies lors de son déroulement. «Un fait sans précédent», selon le Syndicat national des chercheurs hospitalo-universitaires.

Que s’est-il passé lors du concours d’accès aux grades de professeur et de maître de conférences A en psychiatrie? C’était lors de son assemblée générale tenue en septembre dernier, que le Syndicat national des chercheurs hospitalo-universitaires a dénoncé le retard dans la délibération des résultats de ce concours. Les candidats criaient au scandale. Or, il ne s’agit pas d’un retard dans la délibération mais le concours a été simplement annulé. Pour quelle raison ? On ne le saura pas. Contacté, le président du jury, le professeur Abderrahman Belaïd, chef de service psychiatrie à l’hôpital de Cheraga, nous a expliqué que le concours a été entaché «d’irrégularités durant tout son déroulement».

Quelles sortes d’irrégularités ? Le professeur ne divulguera rien. Le ministère de tutelle, dit-il, à savoir le département de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique était destinataire d’un courrier faisant état de ces anomalies et irrégularités. « Ce concours a connu des entorses graves à la charte d’éthique et de déontologie universitaires, J’ai fait un P-V de carences traçant toutes ces irrégularités qui ont été transmises à la tutelle et qui a fini par déclencher une enquête», a expliqué ce professeur chef de service qui réfute les accusations dont il a fait objet notamment d’avoir tenu en otage des dossiers de candidats.

Suite à quoi, a-t-il annoncé, il a été décidé de l’annulation du concours. Le département de Tahar Hadjar a aussi décidé de refaire le concours avec un nouveau jury et la date est fixée pour aujourd’hui. Une décision qui rétablira, estime l’intervenant, les candidats «dans leur droit à un traitement égalitaire et impartial». Les principes d’objectivité et de rigueur scientifique dans l’évaluation des candidats, poursuit-il, sont d’ordre public, ils ne sont pas négociables et «ne sauraient souffrir d’aucun marchandage».

A souligner, que le premier jury, composé de cinq membres, qui devait être tiré au sort a été désigné de fait par la tutelle. Les raisons ? Sur le territoire national, il n’existe que neuf professeurs en psychiatrie. Quatre d’entre eux, ayant atteint l’âge de départ à la retraite, ont été déclarés admis à la retraite suite à la première instruction du Premier ministre qui a fixé l’âge de 70 ans comme l’âge de départ à la retraite de cette corporation. Il ne restait donc que cinq professeurs en psychiatrie qui ont constitué de fait les membres du jury. Or, dans le nouveau jury multidisciplinaire, la tutelle a choisi deux membres parmi les professeurs «exclus en raison de leur âge» dans la première liste et les trois autres membres ont été sélectionnés parmi les autres spécialités.

Une trentaine de candidats ont concouru dont douze pour le grade de professorat. Ces derniers vont devoir refaire les épreuves. «Ce n’est pas normal de ne pas délibérer, il y a eu un concours, où il devait y avoir des admis ou des candidats ajournés, le jury doit délibérer et remettre un P-V à la tutelle, nous ne savons pas ce qui s’était passé mais c’est un précédent grave» a déclaré le professeur Ouahioune, présidente du Snechu. Soulignons que le concours d’accès de grade de professeur est un concours sur titres et travaux de recherches et hospitalières.

Il s’agit donc d’une étude de dossier de candidats contrairement au concours d’accès au grade MCA qui est une épreuve sur des questions pédagogiques (préparer une conférence pour un résident) et pratiques (activité médicale). «C’est une épreuve très lourde pour le candidat, ça ne sera pas facile de repasser tout ça » estime le professeur Ouahioune.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
22 queries in 0,494 seconds.