Alger: 16 «parkingueurs» arrêtés en quelques jours

mardi 8 août 2017 à 10:07
Source de l'article : Lequotidien-oran.com

La police nationale au niveau de la capitale, serre l’étau sur ce qui est appelé communément les « parkingueurs ». En effet, en l’espace de quelques jours seulement, pas moins de 16 personnes, qui utilisaient illégalement des espaces publics comme parkings ont été arrêtés par la police. 5 personnes ont été arrêtées, hier, alors qu’une douzaine d’autres a été interpelée samedi dernier, dans le cadre d’une opération menée par la police, qui semble déterminée à mettre un terme à un fléau qui a pris de l’ampleur dans notre pays.

Il faut savoir que des centaines, voire des milliers de parkings illicites sont exploités par des bandes organisées à travers toute la capitale. Le « marché » est tellement juteux que des bandes rivales se livrent parfois à des batailles rangées pour s’accaparer des espaces qui rapportent le plus d’argent.

A cet effet, il y a lieu de noter que les tarifs varient entre 100 et 500 DA. C’est le cas notamment au niveau des ruelles qui jouxtent l’APN, le sénat et le siège de la wilaya.

Certains « parkingueurs » exigent jusqu’à 500 DA le droit de stationnement sur un espace public tout en exigeant du propriétaire du véhicule de ne pas trop s’attarder. Très souvent les automobilistes n’ont le choix que de mettre la main à la poche même si la place de stationnement dans ces parkings sauvages est excessivement chère.

Ceux qui rechignent ou qui tentent de s’opposer ont souvent vu leurs véhicules dégradés par toutes ces bandes organisées, armées de gourdins et d’armes blanches. Les cas d’automobilistes agressés physiquement par ces « parkingueurs » sont signalés quasi quotidiennement.

L’année dernière, un automobiliste au niveau de Ouled Fayet, au sud-ouest d’Alger, a été sauvagement assassiné par un gardien de parking illicite pour avoir simplement refusé de s’acquitter du droit de stationnement sur un espace pourtant public.

Durant des années, ces espaces publics sont devenus une espèce de « No Man’s Land » contrôlé, très souvent par des repris de justice qui s’adonnent également à toute sorte de trafic, notamment le trafic de drogue.

Les autorités ont longtemps fermé les yeux sur ce fléau qui a permis à de nombreux délinquants de s’enrichir sans fournir aucun effort en s’accaparant des espaces publics censés appartenir à tous les Algériens.

Les opérations menées ces derniers jours par la police sont bien accueillies par les citoyens qui n’aspirent en fin de compte qu’à se sentir en sécurité dans leur propre pays.

Par ailleurs et dans le cadre de la lutte contre la criminalité, les forces de police de la sûreté de wilaya d’Alger ont mené depuis samedi dernier des opérations de recherches dans plusieurs quartiers de la capitale, donnant lieu à l’interpellation de plus de 200 individus suspects impliqués dans divers délits (détention de stupéfiants et comprimés psychotropes) et la récupération d’une quantité de cannabis et de comprimés psychotropes ainsi qu’une soixantaine d’ armes blanches.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
78 queries in 5,087 seconds.