90% des boulangers utilisent du sel non iodé : Quel pain mangeons-nous ?

dimanche 23 octobre 2016 à 11:53
Source de l'article : Infosoir.com

De l’avis de tous les nutritionnistes de par le monde, le pain est un aliment complet, nutritif et indispensable pour une bonne santé. Mais il y a pain et pain. Et celui que la grande majorité de nos boulangers nous servent n’est visiblement pas le mieux indiqué pour notre bien-être. Pis, il est même dangereux. Après que la sonnette d’alarme a été tirée sur l’usage abusif et porteur de risques de l’améliorant, voilà qu’il est question du recours au sel iodé.

Une étude menée par le ministère du Commerce en 2015 a révélé que 90% des boulangers utilisent du sel non iodé dans la fabrication du pain, a affirmé, jeudi à Oran, Nouri Tayeb, directeur commercial de l’Entreprise publique de production de sel, Enasel. Interrogé en marge du 1er carrefour de la boulangerie, ouvert à la maison de l’artisanat de Haï Sabah, à Oran-Est, ce responsable a indiqué que la participation de l’Enasel à cette rencontre vise à sensibiliser les boulangers sur la nécessité d’utiliser du sel iodé.
Le manque d’iode dans l’alimentation peut entraîner l’hypothyroïdie, une pathologie qui affecte la glande thyroïde et qui s’exprime par des symptômes d’intensité variable, tels que la fatigue, la somnolence, la frilosité, etc. L’Enasel travaille, depuis des années, avec le ministère du Commerce et celui de l’Education nationale, en organisant des campagnes de sensibilisation sur l’hypothyroïdie et la nécessité d’utiliser du sel iodé. Le tout jeune Club des boulangers d’Oran -créé le 20 septembre 2016- sensibilisé à ce problème, a signé, en marge du carrefour, une convention avec cette entreprise pour l’approvisionnement des boulangers adhérents en sel iodé, via notamment des achats groupés.
Le prix du sel de l’Enasel est très compétitif pour les boulangers, à 7 DA le kilo au lieu de 14 DA, sans avoir recours aux achats groupés qui réduiront davantage le coût, souligne Nouri Tayeb, ajoutant que l’entreprise compte très prochainement renforcer sa présence à Oran et à l’ouest du pays en général. Une convention a été déjà signée avec la Fédération nationale des boulangers en février 2016, permettant à l’ensemble des boulangers de s’approvisionner en sel auprès de cette entreprise nationale, a-t-il rappelé. L’Enasel est implantée dans 14 wilayas. Elle propose une gamme variée de sels, comme le sel en teneur réduite en sodium destiné aux hypertendus, le sel de douche, le sel iodé, etc.
En quelques années seulement, la baguette de pain, si chère aux Algériens, est devenue une véritable source d’angoisse. L’année écoulée, ce sont les diabétiques et les hypertendus qui tiraient la sonnette d’alarme sur le risque et les contre-indications d’un autre produit entrant dans la fabrication du pain : l’améliorant. Un produit sur lequel restent très évasifs les boulangers, car très peu d’entre eux connaissent la nocivité, la composition, voire le dosage approprié. Il faut savoir que l’améliorant est fabriqué à base de produits chimiques et tout produit chimique peut être nocif à la santé de la population.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
17 queries in 0,404 seconds.