Le vaccin contre la grippe porcine commandé par l'Algérie

mercredi 17 juin 2009 à 6:49
Source de l'article :

116663.jpg

Le groupe pharmaceutique suisse, Novartis, a découvert le vaccin contre la grippe porcine à partir de culture cellulaire.

Le responsable du laboratoire pour la région du Maghreb a assuré que l’Algérie est l’un des premiers pays à avoir passé commande pour l’acquisition du vaccin.

Le Dr Beat Suemegi, directeur général du groupe Novartis pour la région du Maghreb, a confirmé, lundi à l’hôtel Sheraton, en marge d’une conférence de presse, que le laboratoire pharmaceutique suisse a découvert le vaccin contre le virus H1N1, responsable de la grippe porcine.

« Les recherches sur le vaccin sont terminées, il nous reste à préparer le dossier sécurité-tolérance », a affirmé notre interlocuteur, en précisant que le vaccin contre la grippe A sera disponible à partir du mois de septembre prochain.

Des essais cliniques sont programmés pour le mois de juillet et l’obtention d’une licence à la fin de l’été.

Le groupe suisse a pris de vitesse ses concurrents – une vingtaine d’entreprises sont investies dans des recherches sur le vaccin contre le virus H1N1 – en annonçant sa découverte, 24 heures à peine après l’appel de l’OMS en direction des laboratoires pharmaceutiques pour trouver en urgence le vaccin contre la grippe A, afin de parer à la pandémie déclarée jeudi.

Selon le Dr Beat Suemegi, Novartis a été rapide, car il a bien développé la division vaccin, créée par le groupe il y a trois ans. « C’est plus facile de trouver de nouvelles méthodes quand on maîtrise la technique ».

À vrai dire, le laboratoire bâlois a développé son vaccin à partir de culture cellulaire de souches de virus. La technique présente l’avantage d’être rapide et comporte moins de risques d’allergies aux protéines contenues dans les œufs de poule, à partir desquels sont conçus traditionnellement les vaccins antigrippaux.

Ce procédé, bien maîtrisé au demeurant, pose la contrainte des délais de fabrication du vaccin, qui s’étendent sur au moins six mois, alors que la méthode de production de vaccin par des cultures cellulaires est obtenue au bout de 16 semaines.

Jusqu’alors, 30 pays ont déjà passé commande au laboratoire pharmaceutique suisse. « L’Algérie, par le biais du ministère de la Santé, a été parmi les premiers États à nous faire une requête pour obtenir le vaccin », a-t-il révélé.

Interrogé sur l’aptitude du groupe Novartis à satisfaire une demande très forte, eu égard au spectre de la pandémie de grippe porcine qui plane sur tous les pays, y compris ceux qui n’ont pas encore enregistré de cas avérés, le Dr Suemegi a répondu que les « capacités de production des usines du groupe seront maximisées », afin de répondre à toutes les commandes.

« La demande sera très importante, même s’il est difficile de l’évaluer, pour l’heure, avec précision », a-t-il soutenu.

À partir de là, il a assuré que le groupe n’a pas encore fixé ses prix, qui seront, de son avis, certainement les mêmes pour tous les pays. « Les prix baisseront proportionnellement à l’augmentation de la demande », a-t-il conclu.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
50 queries in 3,618 seconds.