Jeudi 30 août à 11:41
L’AQMI,le MUJAO,les otages algériens et Kerry Kennedy

L’AQMI,le MUJAO,les otages algériens et Kerry Kennedy

L’adjoint de l’émir de  la phalange d’AQMI de la zone du Sahara, Abou Alqama, s’est exprimé mercredi soir dans une vidéo(ci-dessous) sur la prolongation du délai accordé par le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) aux autorités algériennes pour relâcher leurs trois acolytes, dont le chef de la commission juridique de l’organisation de Droukdel, aux mains des services de sécurité algériens depuis le 15 août dernier.

Le chef terroriste a lu le communiqué diffusé par AQMI mardi dernier. Il a précisé que le nouveau délai du MUJAO expire ce vendredi 31 août. Les deux groupes armés qui font qu’un seul en vérité semblent être pris de court par l’arrestation surprise de leurs trois activistes et semblent attachés plus à leur  libération qu’à la conduite à tenir envers leurs otages.

Selon des sources au fait des événements sécuritaire dans la région du Sahel, l’AQMI et le MUJAO se seraient retrouvés dans une situation inextricable après la capture de l’un de leurs chefs, en l’occurrence, Necib Tayeb, alias Abderrahmane Abou Ishak Essoufi, par l’armée algérienne.

Les organisations terroristes seraient prêtes à des concessions jamais envisagées pour récupérer cet individu eu égard à son importance au sein d’AQMI et surtout pour son influence sur les activistes dont nombreux sont issus de la région d’Abou Ishak.

Les acolytes Droukdel auraient même projeté de kidnapper Mme Kerry Kennedy, présidente de la fondation Robert Kennedy pour la justice et les droits de l’homme, à l’occasion de sa visite dans les camps du Sahara occidental à Tindouf (Algérie), et ce en guise de  représailles à cette arrestation puis dans l’espoir de convaincre l’Algérie d’un éventuel échange sous la pression des Etats Unis d’Amérique.

L’information a été révélée par le site américain Middle East Confidential citant des sources sécuritaires algériennes et de la CIA. Bien qu’un tel projet d’enlèvement relevait de l’impossible eu égard à l’impressionnant dispositif déployé par les forces de sécurité algériennes à l’occasion de la tournée de l’héritière des Kennedy. Cela montre bien la panique qui s’est emparée de l’AQMI.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

articles similaires Algérie360

Recherche d'offres d'emploi

articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook