Hamid grine: « Le ministère ne gère pas la publicité ».

vendredi 7 octobre 2016 à 20:11
Source de l'article : Horizons-dz.com

Le ministère de la Communication ne gère pas la distribution de la publicité pour les médias. Ce rôle incombe à l’ Entreprise nationale de communication, d’édition et de publicité (Anep), a réaffirmé, jeudi dernier, le ministre de la Communication, Hamid Grine.

« Je n’interviens pas dans la gestion des entreprises médiatiques. L’Anep est une entreprise autonome et indépendante dans sa gestion », a précisé le ministre en réponse à une question du député de l’Alliance de l’Algérie verte (AAV), Abdelaziz Belkaïd, sur la stratégie de la tutelle, en ce qui concerne l’organisation et la gestion de la publicité, lors d’une séance plénière consacrée aux questions orales à l’APN.
« Quand j’ai été nommé ministre, je recevais les doléances des éditeurs de journaux qui se plaignaient du choix des annonceurs. Je les renvoyais vers l’Anep. Des annonceurs n’aiment pas être associés à des journaux non professionnels. Ce que l’Anep respecte. Toutefois, j’ai insisté sur la protection des journalistes qui est au cœur du plan d’action. » Pourquoi des journaux à grand tirage sont-ils privés de publicité, contrairement à certains quotidiens à faible tirage ?, s’est interrogé le ministre avant de répondre : « Tout simplement, parce que ces journaux ne respectent pas l’éthique et le cadre social des journalistes. Certains ne déclarent même pas leurs journalistes à la Sécurité sociale. Le ministère et le Premier ministre ont dû d’ailleurs intervenir pour prendre en charge médicalement des journalistes atteints de maladies graves, licenciés par leurs employeurs. »
Le ministre a signalé que les médias qui respectent l’éthique professionnelle et ne versent pas dans la diffamation et le mensonge bénéficient de la publicité, « car ce sont ces critères que l’Anep prend en considération ». Et de préciser ce qu’il entend par diffamation : « Je parle de diffamation et non de critique, car je n’ai jamais été contre la critique car elle participe à la liberté d’expression ». En ce sens, il a rapporté que le ministre américain des Droits de l’homme a déclaré que l’Algérie est leader dans la région en matière de liberté d’expression. L’Union européenne a émis aussi une appréciation positive. Hamid Grine a, en outre, précisé qu’en sa qualité de ministre de la Communication, « le tirage des journaux ne l’intéresse pas, mais le plus important est que l’organe n’insulte pas, ne diffame pas et ne propage pas la fitna. « Ce qui m’intéresse, c’est le respect des règles de l’éthique professionnelle. Le président de la République a bien défini, dans son message du 3 mai 2013, les critères du professionnalisme de la presse sans évoquer le volet commercial. En tant que ministre, j’applique une politique claire du programme du président de la République fondée sur l’éthique professionnelle », a-t-il soutenu.

La presse privée bénéficie
de 90% de la publicité de l’Anep 
Hamid Grine a signalé que la presse privée bénéficie de 90% de la publicité distribuée par l’Anep, tandis que la part de la presse publique est de moins de 10%. A cette occasion, il a indiqué que le volume de la publicité publique a baissé de 65% en 2015 et 2016 en raison de la crise économique mondiale. « Le volume de publicité publique a reculé de 65% entre 2015 et 2016 du fait de la crise économique mondiale », a-t-il relevé.
Grine répondait à la préoccupation d’un député de l’APN dans le cadre d’une séance plénière consacrée aux questions orales sur les critères de distribution de la publicité publique par l’ Entreprise nationale de communication, d’édition et de publicité (Anep). A une autre préoccupation du député Fayçal Hachmi de l’AAV sur l’action de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (Arav), dans les dérives de certaines chaînes télévisées privées, le ministre a rappelé que cette instance vient d’être installée. « Le gouvernement a promulgué les textes réglementaires qui permettent à cette Autorité d’accomplir ses missions, notamment le cahier des charges qui prévoit des dispositions devant régir notamment l’activité des chaînes privées », a-t-il dit.
En ce sens, il a fait savoir que ces chaînes disposeront d’un cahier des charges adapté. Il a rappelé, à ce titre, que cinq chaînes télévisées seulement sont accréditées. Le ministre de la Communication s’est incliné, avant de répondre aux questions des députés, à la mémoire du défunt Lyès Hamdani, ancien directeur du journal Horizons, décédé jeudi dernier au matin.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
26 queries in 0,782 seconds.