Grève des employés du tramway: des solutions d’urgence et des négociations en cours.

vendredi 14 octobre 2016 à 15:39
Source de l'article : Huffpostmaghreb.com

Les travailleurs du réseau tramway d’Alger observent depuis mardi matin un arrêt de travail collectif. Omar Hadbi, président-directeur général de l’entreprise métro d’Alger, a expliqué hier sur les ondes de la Radio chaine 3 qu’il s’agissait d’un conflit entre les employés du tramway et leurs employeurs.

Cette grève qui se poursuit à ce jour, a été qualifié comme étant « un arrêt de travail inexpliqué et sans aucune raison » selon Omar Hadbi. Les employés ont donc décidé de ne pas assurer leur fonction sans justifier les raisons de cette grève, précise-t-il.

Pour remédier à cette situation, et assurer une mobilité ordinaire pour les citoyens, le président directeur-général de l’entreprise métro d’Alger a annoncé que des mesures de substitution ont été mises en place.

En effet, des bus de l’entreprise de transports ETUSA ont assuré le circuit du métro d’Alger sur la plateforme du tramway, afin d’éviter les embouteillages. Et depuis hier des cadres de la Setram venus de Constantine et Oran ont pris la relève pour assurer un service minimum du tramway.

Questionné sur les revendications des grévistes qui demandent de meilleures conditions de travail et un réaménagement des heures de travail des conducteurs, Omar Hadbi maintient que ces revendications sont inexplicables. Il fait savoir que cette grève intervient à quelques jours de la signature d’une convention collective entre employeurs et employés qui étaient en cours de négociation depuis une année et qui débouchera sur un accord général sur les conditions de travail.

Sur le volet amélioration des conditions de travail, Omar Hadbi a expliqué que dans le cadre de cette convention des augmentations de salaire importantes sont prévues allant de 12 à 16%, en contre partie les conducteurs devront augmenter la productivité de ce système de transport.

« Il faut savoir que dans les autres pays sur les 8 heures de travail un conducteur assure six heures. À Alger les conducteurs sur les 8 heures travaillent seulement 4 heures » souligne Omar Hadbi.

Par ailleurs, Omar Hadbi précise que les pertes de cette grève sont colossales, elles sont estimées à 2 milliards de dinars en plus des frais de substitution.

Il conclut qu’un référé est en cours afin de déclarer cette grève « illégale » et en parallèle des discussions seront tenues entre le directeur de l’unité et les employés afin de trouver une solution à cette situation.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
15 queries in 0,449 seconds.