Kidnapping et viol collectif d’une jeune fille à Batna

dimanche 6 novembre 2016 à 15:12
Source de l'article : Lematindz.net

Vendredi vers 3h du matin, le groupe d’intervention de la brigade de la gendarmerie de Batna a réussi à libérer une jeune fille de 29 ans connue par les services, elle a été kidnappée et violéé la veille, à proximité de la ville.

Selon nos informations, cette jeune fille âgée de 29 ans a été enlevée et séquestrée jeudi avant de subir un viol collectif. Le kidnapping en question a été minutieusement préparé et mis en exécution par un groupe d’individus, âgés entre 20 et 31 ans, avec la complicité du petit ami de la victime agé de 37 ans, toujours en cavale.

Selon la même source, la jeune fille a été conduite par son petit ami, qui était accompagné par ses copains à bord d’un petit camion de marque DFSK. La victime seule sans défense a été contrainte de céder. Elle sera ensuite emmmener à bord de la même camionnette vers la commune de Fesdis où elle a été violée tour à tour par pas moins de quatre individus. La jeune fille a, à un moment d’inattention de ses bourreaux, réussie à fuir à l’intérieur de la cafétéria du coin, avisant qu’elle a été enlevée et violée.

Aussitôt une patrouille d’intervention de la brigade de Gendarmerie a été dépêchée sur les lieux qui a interpelé assez rapidement trois des ravisseurs alors que le quatrième mis en cause est activement recherché dans le cadre de cette affaire en plus d’une autre,pour vol. Les mis en cause ont été arrêtés puis présentés devant le procureur général près de la cour de Batna.

Il est à signaler que le kidnapping suivi de viol qui touche notamment les enfants a incité les hauts responsables gradés de la gendarmerie de s’impliquer dans la lutte de ce fléau social. A cet effet, les éléments de la recherche scientifique de la gendarmerie nationale ont dressé le portrait psychologiqque et social des auteurs de ces enlèvements. Ils ont observé que ce genre de phénomènes abjects relève généralement d’individus âgés en moyenne d’une trentaine d’années, célibataires, chômeurs, dont le niveau scolaire ne dépassant pas le cycle moyen.

Plus encore, les révélations de ces actes sont souvent commises sur des victimes de parents séparés, litiges entre les familles et surtout les règlements de compte (vengeances et autres), apprend-on.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
30 queries in 0,401 seconds.