Deux manoeuvriers retraités imposent leur diktat

Tuesday 1 August 2017 à 16:32
Source de l'article : Lnr-dz.com

Le ministre des Ressources en Eaux, Hocine Necib serait bien inspiré s’il venait à ordonner une inspection de ses structures décentralisées à Annaba et Tarf. Cet avis fait pratiquement l’unanimité au sein des populations de ces deux wilayas. C’est qu’il est temps de remettre de l’ordre particulièrement en ce qui concerne l’alimentation en eau potable des communes par l’Algérienne Des Eaux. (ADE).

A ce niveau l’anarchie dans la gestion a atteint un niveau inégalé. Il ne s’agit plus de gestion interne de cette entreprise publique où s’est transformée en culture, l’utilisation abusive et à des fins personnels des moyens de production (voitures de service, engins, moyens de communication) par des cadres. Censés servir pour faciliter la prise en charge rapide de travaux réparations de conduites défectueuses, ouvertures ou fermetures de vannes, de nivellement de la pression nécessaire permettant d’atteindre les logements en surélévation, ces cadres utilisent ces moyens pour eux, leurs proches et amis ainsi que des abonnés influents. Pis, l’on permet même à deux anciens manœuvriers retraités, d’ouvrir et de fermer les vannes pour satisfaire les besoins en eau potable des chantiers de promotions immobilières privées.
Cela se fait au gré de leur humeur et de leurs intérêts au profit d’opérateurs économiques reconnaissants et monnayables à merci ou influents. Pour ces deux manœuvriers dont un chef de centre, des populations entières privées d’eau potable des jours durant, importe peu. Particulièrement, celles dont les habitations sont situées dans les zones Nord Est de El M’Haffeur, Zaafrania, Oued Kouba au pied de Sidi Aïssa, cité Kouba, Gassiot…Pour des spécialistes du secteur de l’hydraulique, cette situation est inexplicable. «La pression de l’eau en provenance des barrages de la Bounamoussa ou Mexa est largement suffisante pour alimenter les châteaux d’eau essaimés à travers les territoires des communes ciblées.

Elle est à même de permettre l’alimentation des habitations en hauteur » a précisé un d’entre eux. Des informations très crédibles affirment que pour alimenter H/24 tous les chantiers en charge de l’entreprise de promotion immobilière Baha Eddine Tliba, les deux retraités ferment toutes les autres vannes. Ils accomplissent quotidiennement cette tâche alors qu’aucun contrat de travail ne les lie à l’ADE. Ils le font avec avec apparemment le consentement du 1er responsable de celle-ci. Nos tentatives d’en savoir plus, sont restés vaines le représentant de la direction s’étant apparemment inscrit aux abonnés absents. D’autres cadres ont affirmé qu’il urgent d’engager le processus visant à accueillir un opérateur de référence dans la distribution de l’eau potable à Annaba.
La démarche se justifie par la défaillance de l’actuel opérateur l’ADE. A la lecture du cahier de charge, «cette entreprise doit alimenter régulièrement en eau potable les collectivités. Le contraire impose de sanctionner les chefs de secteurs défaillants». Ce qui n’a jamais été fait. Pour nos mêmes interlocuteurs, anciens cadres de l’hydraulique, il est temps pour le ministère de tutelle de lancer un avis d’appel d’offre de services à destination des opérateurs économiques compétents en la matière avec obligation de présence H/24 sur le terrain. Pour d’autres part, il importe de tirer parti de la situation actuelle pour amplifier la synergie dans ce secteur et enregistrer des économies d’échelle en matière de règlement des redevances.

Ce qui, en l’état actuel de défaillance chronique en matière d’alimentation en eau potable des habitations, constitue le défi le plus prégnant pour l’avenir de l’ADE. Du côté du ministère des ressources en eau, l’on rejette toute démarche pouvant affaiblir les potentialités de développement de l’ADE. Il reste tout de même le cas flagrant de ces deux retraités. Ils agissent sur les lieux et à la place de l’actuelle direction ADE.
En ce qui concerne, la distribution de l’eau aux populations, «des retraités sans titre, ni droit qui s’érigent en fossoyeurs de notre entreprise, la boucle est bouclée». Il se trouve que dans la gestion de l’ADE, «la direction générale donne complaisamment et autorise les deux retraités à commettre des actes en son nom» a indiqué un ancien cadre de l’hydraulique aujourd’hui admis à la retraite. En tout état de cause, il est temps que le ministère de tutelle réagisse pour mettre un terme à l’anarchie qui sévit dans son secteur dans la wilaya de Annaba. Pour aussi ordonner qu’il soit mis fin aux innombrables et importantes fuites quotidiennes d’eau potable.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
94 queries in 8.408 seconds. http://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5