Elections législatives: L’improbable alliance des islamistes.

vendredi 11 novembre 2016 à 21:53
Source de l'article : Lemidi-dz.com

Les élections législatives arrivent à grands pas. Prévues au printemps prochain ces joutes électorales mobilisent d’ores et déjà la classe politique.

En perspective de cette échéance politique, les partis politiques affutent leurs armes. Certains observateurs évoquent les éventuelles alliances lors de ces élections. Des partis politiques vont-ils s’allier pour réaliser un meilleur score électoral ?

Une question pertinente qui concerne notamment les partis de la mouvance islamiste car il est évident que pour les autres courants cette perspective de listes électorales communes semble très peu probable.

C’est que les partis de la mouvance islamiste en ont déjà fait l’expérience lors des précédentes élections. En 2012, en effet, le MSP et les mouvements Enahda et El Islah sont entrés dans la bataille électorale des législatives et même des locales avec des listes communes sous le « label » de l’Alliance de l’Algérie verte (AAV).

Ces trois partis, qui ont d’ailleurs annoncé leur participation au scrutin du printemps prochain, vont-ils rééditer l’expérience de 2012 ? Les dirigeants de ces trois partis, à tout le moins pour le moment, font preuve d’une certaine discrétion sur cette épineuse question. Dans la dernière résolution de son conseil national, qui s’est tenu il y a juste quelques jours, le MSP n’a pas exclu l’éventualité de listes communes lors de ces élections législatives.

La plus haute instance de ce mouvement islamiste a, pour ce faire, chargé le bureau exécutif national, de concert avec les bureaux de wilaya, de trancher cette question. Le bureau national et les bureaux de wilaya vont-ils contracter des alliances ? De nombreux analystes restent très sceptiques par rapport à cette éventualité.

De nombreux indices, et non des moindres, expliquent le pourquoi de cette réticence. Car ce qui a été une première en 2012 puisque jamais les mouvements islamistes ne se sont alliés lors des élections, ne semble plus de mise aujourd’hui. A l’époque le MSP, qui était la locomotive de l’AAV, était dirigé par Bouguerra Soltani.

C’est ce dernier qui a été le principal instigateur de cette alliance et a réussi à convaincre les instances du mouvement à aller dans ce sens. Mais avec Abderazak Makri la donne semble avoir changé. L’actuel président du MSP est loin d’être un partisan des alliances et des listes communes. Il en est de même pour les bureaux de wilaya qui ont adhéré aux directives de la direction sans aucun enthousiasme.

De plus, et concrètement, l’AAV n’existe plus sur le terrain. Au niveau de l’APN cette alliance, qui a réussi en 2012 à rafler une cinquantaine de sièges seulement alors que ses ambitions étaient grandes, est désormais de pure forme. La concertation et la coordination sont quasi absentes.

Chaque parti a repris sa liberté d’action alors qu’au tout début de la législature en 2012 tout les communiqués étaient signés au nom du groupe parlementaire de l’AAV. Mais le vrai baromètre qui pourrait attester que cette alliance est désormais chaotique c’est l’absence de réunions au sommet entre les dirigeants des trois partis composant l’AAV.

Aucun sommet entre les chefs du MSP, d’El Islah et d’Enahda, n’a eu lieu depuis des années. Un signe qui ne trompe pas sur la difficuté entre ces trois partis à accorder vraiment leurs violons. D’où le scepticisme des observateurs s’agissant de la réédition de l’expérience de 2012. A moins que….

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
9 queries in 0,418 seconds.