Spécial Présidentielles 2014

Toute l'actualité en direct
Jeudi 29 octobre à 3:43
Des preuves que l’Algérie a fait l’histoire de l’Egypte

Des preuves que l’Algérie a fait l’histoire de l’Egypte

Al Azhar a été bâti par un Algérien un Kabyle mufti actuel d’Egypte

Le match Egypte-Algérie approche à grands pas et ce sont tous les cœurs qui commencent à battre très fort. Mais voilà que certaines voix égyptiennes sont en train de crier victoire avant l’heure. Pis, les déclarations faites par nos frères du pays des Pharaons sont sorties du cadre sportif.

Les autorités des deux pays sont, pour leur part et heureusement, en train de raisonner les deux parties en les appelant à mettre un terme à cette guerre médiatique. Peine perdue, puisque nos frères égyptiens, à travers leurs chaînes de télévision, affirment qu’ils nous ont enseigné l’histoire, le culte de notre religion et la langue arabe, qualifiant les Algériens de mauvais élèves. Selon eux, si l’Algérie a arraché son indépendance, c’est grâce à eux.

En outre, c’est aussi grâce à eux que les Algériens ont appris à parler la langue du Coran.
Même s’il faut reconnaître que les Egyptiens ont soutenu et aidé l’Algérie dans sa lutte contre l’occupant français, il était du devoir de l’Egypte de se mettre aux côtés de l’Algérie qui aurait sans l’ombre d’un doute fait autant. Il n’y a qu’à se rappeler l’engagement de l’Algérie aux côtés de l’Egypte dans les conflits de 48, 63 et 73. Inutile d’évoquer l’histoire entre l’Algérie et l’Egypte depuis 54 jusqu’à Camp David de 1973. Pour preuve, le général Saâd Ed-dine Chadeli avait écrit noir sur blanc dans ses Mémoires que les Algériens étaient aux premières lignes durant les guerres de 1963 et 1973.

Il avait même choisi de s’expatrier en Algérie, lui qui reconnaît la bravoure du peuple algérien à avoir des positions fermes. Mais les Egyptiens ont voulu occulter certains faits prouvant que l’Algérie a fait l’histoire de l’Egypte.

Deux Pharaons d’origine algérienne
Les Egyptiens savent-ils qu’un des Pharaons qui font leur fierté est d’origine algérienne ? L’histoire a prouvé que l’Egypte a été gouvernée par un Algérien. Il s’agit du Kabyle Juba II (52 av. J.-C. à 23/24 apr. J.-C.) fils de Juba Ier, qui s’expatria à Rome, après le suicide de son père. Il s’est marié avec la fille de Cléopâtre, Celini, puis gouverna l’Egypte. Sa femme a d’ailleurs visité Cherchell qui était à l’époque la capitale romaine, alors que Juba II avait plusieurs œuvres historique, géographique et archéologue. Il était le premier à mettre en place la carte géographique de la presqu’île arabe.

Chichnak, un autre Pharaon d’origine algérienne
Pour ceux qui ne connaissent pas l’histoire de Juba II, celle de Chichnak est la preuve qu’un Algérien a gouverné l’Egypte. Chichnak 1 ou Sisnak tout court a été derrière la création de la dynastie pharaonique en Egypte, 950 av J.-C.. Il a eu le mérite d’unir l’Egypte qui était scindé en deux: Somaris et les juifs. C’était quelqu’un qui avait une forte foi en Dieu. Il s’est d’ailleurs marié avec la fille du prophète Salamon. Il a pu accéder à la haute sphère pharaonique en domptant le Pharaon qui a voulu accaparer l’Algérie (Libye). Depuis, les Maghrébins fêtent le 12 janvier commémorant le Nouvel An amazigh. Alors que les habitants de Noba, en Egypte, commémorent ce jour avec amertume et désolation. Les exploits de Chichnak 1 sont d’ailleurs gravés sur des pierres à Luxor, en Egypte.

Al Azhar a été bâti par un Algérien
La très célèbre université musulmane Al Azhar a été bâtie par… un Algérien. Il s’agit d’Al Moaz Lidine Allah El Fatimi qui a gouverné un royaume dont la capitale se situait à Jijel (Montagne Babour). Ayant atteint le Nil grâce à la puissance de son armée, Al Moaz a voulu bâtir une grande université. Il a donné une première appellation à cette ville qui avait porté le nom de Fosstate, avant de lui donner son nom actuel qui est Le Caire. Plusieurs savants algériens se sont succédé au sein de cette université donnant des cours de linguistique et de Coran aux étudiants égyptiens.

Abderrahmane Taâlbi, un point de pèlerinage pour les Egyptiens
Parmi les plus grands savants algériens qui ont marqué les Egyptiens, figure Abderrahmne Taâlbi qui a forcé le respect des étudiants égyptiens lors de son passage à l’université d’Al Azhar. De retour à Alger, le maître en question n’arrêtera pas de recevoir les Egyptiens chez lui à Alger. D’autres maîtres ont marqué l’histoire d’Al Azhar. Il s’agit de Aïssa Benmoati Zouaoui et Yagoub Benyoucef Zouaoui.

Un Kabyle mufti actuel d’Egypte
Au 19e siècle, l’occupation française a contraint plusieurs savants algériens à s’expatrier. Chose qui a fait le bonheur des Egyptiens qui les ont accueillis à bras ouverts. Comme Bachir El Ibrahimi (1889-1965) qui était le pionnier de la langue arabe à son époque, même au sein de l’université d’Al Azhar qui a formé des savants de nationalité égyptienne mais d’origine algérienne. L’exemple le plus édifiant est celui du mufti d’Al Ahzar qui a pour nom Ali Gomaâ qui est originaire d’Algérie, plus précisément de Dellys.

Une ville connue pour son civisme et sa science.
Plusieurs savants et doctes ont été formés au sein de ces universités et de zaouïas. Il y en a ceux qui ont préféré s’expatrier avec l’Emir Abdelkader en Syrie dont la famille de Gomaâ. Des membres de cette famille ont choisi Egypte où l’on trouve le nom de l’actuel mufti d’Al Azhar, Ali Gomaâ. Ce qui prouve que les Algériens ont permis aux Egyptiens de s’ouvrir sur d’autres horizons et d’apprendre d’autres langues. C’est dire que la très grande histoire qui lie l’Algérie à l’Egypte ne pourrait être effacée à cause d’un simple match de football.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

articles similaires Algérie360
articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook